jeudi 15 septembre 2016

Mise-à-jour : top 252 !

"J'ai vu tant de choses, que vous, humains, ne pourriez pas croire..."

Cela faisait désormais bien longtemps que je souhaitais me lancer dans pareille entreprise, une longue liste de mes films préférés et de mes divers coups de cœur que je souhaitais mettre en avant. De 50 à 151, de 151 à 252. 252, un peu par hasard d'ailleurs, car je ne pouvais finalement pas en enlever davantage. Évidemment, depuis mon dernier top, beaucoup n'ont pas bougé, peu ont été totalement éjectés, la faute à une envie de tout conjuguer afin que cela représente aussi bien que possible mes affinités globales, et pas simplement mes amours du moments.

C'est un équilibre, aussi honnête que possible, entre des monuments et d'autres films plus imparfaits qui me tiennent tout autant à cœur, donc évidemment, il ne faut pas s'étonner s'il y a des absents. J'annonce de suite : pas de Citizen Kane, Vertigo, Le Mépris, L'arrivée d'un train en gare de la Ciotat...

Comme c'est une grosse liste, elle est aussi à décanter, en attendant quelques menus changements.

Quelques chiffres, pour agrémenter ces lettres...

  • Réalisateurs les plus représentés (3 films ou plus)
- 6 films : John Ford, Steven Spielberg.
- 5 films : John Huston, Ridley Scott, Paul Verhoeven, Michael Mann, Joseph L. Mankiewicz.
- 4 films : Werner Herzog, Luchino Visconti, Clint Eastwood, John Frankenheimer, Don Siegel.
- 3 films : Sam Peckinpah, François Truffaut, Jean-Jacques Annaud, Anthony Mann, Roman Polanski, Raoul Walsh, Ingmar Bergman, Martin Scorsese, Robert Wise.
  • Nombre de films représentés par décennies :
- Années 10 : 1 film.
- Années 20 : 2 films.
- Années 30 : 9 films
- Années 40 : 16 films.
- Années 50 : 25 films
- Années 60 : 59 films.
- Années 70 : 60 films.
- Années 80 : 23 films.
- Années 90 : 24 films.
- Années 2000 : 19 films.
- Années 2010 : 15 films.
  • Pays représentés :
- Etats-Unis : 145 films.
- France : 43 films.
- Royaume-Uni : 18 films.
- Italie : 15 films.
- Allemagne : 8 films.
- Chine / Hong-Kong : 5 films.
-  Pays-Bas : 4 films.
- Japon : 3 films.
- Suède : 3 films.
- Australie : 2 films.
- Danemark : 2 films.
- Hongrie : 1 film.
- Irak : 1 film.
- Russie : 1 film.
- Chili : 1 film.
- Grèce : 1 film.
  • Genre le plus représenté : western (30 films).


1) Blade Runner - Ridley Scott (1982)
2) Les Duellistes - Ridley Scott (1977)
3) Croix de Fer - Sam Peckinpah (1977)
4) La Nuit Américaine - François Truffaut (1973)
5) Sorcerer - William Friedkin (1977)
6) Das Boot - Wolfgang Petersen (1981)
7)  L'Armée des ombres  - Jean-Pierre Melville (1959)
8) Pat Garrett & Billy le Kid - Sam Peckinpah (1973)
9) Aguirre, la colère de Dieu - Werner Herzog (1972)
10) Le Désert des Tartares - Valerio Zurlini (1976)

11) Lawrence d'Arabie - David Lean (1962)
12) Metropolis - Fritz Lang (1927)
13) Délivrance - John Boorman (1972)
14) La Planète des Singes - Franklin J. Schaffner (1967)
15) Le Limier - Joseph L. Mankiewicz (1972)
16) Sous le soleil de Satan - Maurice Pialat (1987)
17) Le Train sifflera trois fois - Fred Zinnemann (1952)
18) La Porte du Paradis - Michael Cimino (1980)
19) Butch Cassidy et le Kid - George Roy Hill (1969)

20) Huit et demi - Federico Fellini (1963)
21) L'Homme des hautes plaines - Clint Eastwood (1973)
22) Le Plongeon - Frank Perry et Sidney Pollack (1968)
23) Ludwig - Le Crépuscule des Dieux  
 - Luchino Visconti (1972)
24) Le Cid - Anthony Mann (1961)
25) Sur les quais - Elia Kazan (1954)
26) Le Ventre de l'architecte - Peter Greenaway (1987)
27) Une partie de campagne - Jean Renoir (1936)
28) Katie Tippel - Paul Verhoeven (1975)
29) La Belle et la Bête - Jean Cocteau (1946)

30) L'Ours - Jean-Jacques Annaud (1988)
31) Chronos - Ron Fricke (1985)
32) Melancholia - Lars Von Trier (2011)
33) Impitoyable - Clint Eastwood (1992)
34) Rencontres du troisième type - Steven Spielberg (1977)
35) Black Book - Paul Verhoeven (2006)
36) La Poursuite infernale - John Ford (1946)
37) Cyrano de Bergerac - Jean-Paul Rappeneau (1990)
38) L'Homme qui aimait les femmes
- François Truffaut (1977)
39) Il était une fois la révolution - Sergio Leone (1971)

40) Rashomon - Akira Kurosawa (1950)
41) L'Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford
- Andrew Dominik (2007)
42) 3h10 pour Yuma - Delmer Daves (1957)
43) Koyaanisqatsi - Godfrey Reggio (1982)
44) La 317ème Section - Pierre Schoendoerffer (1965)
45) L'Invasion des profanateurs de sépultures
- Don Siegel (1956)
46) A Tombeau ouvert - Martin Scorsese (1999)
47) Eve - Joseph L. Mankiewicz (1950)
48) Point limite - Sidney Lumet (1964)
49) Blue Velvet - David Lynch (1986)

50) Les Fantastiques années 20 - Raoul Walsh (1939)
51) The Party - Blake Edwards (1968)
52) Fenêtre sur Cour - Alfred Hitchcock (1954)
53) Soleil Vert - Richard Fleischer (1973)
54) La Légende de Beowulf - Robert Zemeckis (2008)
55) Diamants sur canapé - Blake Edwards (1961)
56) Fitzcarraldo - Werner Herzog (1982)
57) Le Guépard - Luchino Visconti (1963)
58) Keoma - Enzo G. Castellari (1976)
59) Seconds, l'opération diabolique - John Frankenheimer (1966)

60) Les Dimanches de Ville d'Avray - Serge Bourguignon (1962)
61)  Stalingrad - Joseph Vilsmaier (1992)
62) Grand Prix - John Frankenheimer (1966)
63) Le Juge et l'Assassin - Bertrand Tavernier (1976)
64) La Soufrière - Werner Herzog (1978)
65) Jules et Jim - François Truffaut (1962)
66) La Grotte des rêves perdus - Werner Herzog (2010)
67) L'Etoffe des héros - Philip Kaufman (1983)
68) Gentleman Jim - Raoul Walsh (1942)
69) Scènes de la vie conjugale - Ingmar Bergman (1973)

70) L'Homme qui tua Liberty Valance - John Ford (1961)
71) Le Locataire - Roman Polanski (1976)
72) Le Jour où la Terre s'arrêta - Robert Wise (1951)
73) Révélations - Michael Mann (1999)
74) L'Invasion des profanateurs - Philip Kaufman (1978)
75) Les Feux de la rampe - Charlie Chaplin (1952)
76) Rocco et ses frères - Luchino Visconti (1960)
77) Dancer in the Dark - Lars von Trier (2000)
78) A l'Ouest, rien de nouveau - Lewis Milestone (1930)
79) L'Etrange Histoire de Benjamin Button - David Fincher (2008)

80) Stalker - Andreï Tarkovski (1979)
81) La Cité des enfants perdus - Jean-Pierre Jeunet & Marc Caro (1995)
82) Le Privé - Robert Altman (1973)
83) Duel - Steven Spielberg (1971)
84) Collateral - Michael Mann (2004)
85) L'Aventure de Madame Muir
- Joseph L. Mankiewicz (1947)
86) Coup de Coeur - Francis Ford Coppola (1982)
87) Le Testament d'Orphée - Jean Cocteau (1959)
88) Hiroshima mon amour - Alain Resnais (1959)
89) L'Inspecteur Harry - Don Siegel (1971)

90) La Colline des potences - Delmer Daves (1959)
91) Winchester '73 - Anthony Mann (1950)
92) Chungking Express - Wong Kar-Wai (1994)
93) Seuls les Anges ont des ailes - Howard Hawks (1939)
94) Le Salaire de la peur - Henri-Georges Clouzot (1953)
95) Le Roi et l'Oiseau - Paul Grimault (1980)
96) Le Docteur Jivago - David Lean (1965)
97) Fantasia 
 - James Algar, Samuel Armstrong & Ford Beebe (1940)
98) Playtime - Jacques Tati (1967)
99) Le Train - John Frankenheimer (1964)

100) A Toute épreuve - John Woo (1992)
101) L'Intruse - Friedrich-Wilhelm Murnau (1930)
102) Profession : Reporter - Michaelangeo Antonioni (1975)
103) Alien : le huitième passager - Ridley Scott (1979)
104) Le Cercle rouge - Jean Pierre Melville (1970)
105) Barry Lyndon - Stanley Kubrick (1975)
106) La Poursuite Impitoyable - Arthur Penn (1966)
107) Shutter Island - Martin Scorsese (2010)
108) Mon nom est Personne 
 - Tonino Valerii & Sergio Leone (1973)
109) Les Damnés - Luchino Visconti (1969)

110) La Horde sauvage - Sam Peckinpah (1969)
111) Sailor et Lula - David Lynch (1990)
112) Les Forçats de la gloire - William A. Wellman (1945)
113) Quarante tueurs - Samuel Fuller (1957)
114) A.I. Intelligence Artificielle - Steven Spielberg (2001)
115) Elmer Gantry, le charlatan - Richard Brooks (1960)
116) Du silence et des ombres - Robert Mulligan (1962)
117) La Maison du diable - Robert Wise (1963)
118) Juge et hors-la-loi - John Huston (1972)
119) La Charge fantastique - Raoul Walsh (1941)

120) Mon oncle - Jacques Tati (1958)
121) Los Angeles Plays Itself - Thom Andersen (2003)
122) Au risque de se perdre - Fred Zinnemann (1959)
123) Les Choses de la vie - Claude Sautet (1970)
124) Les Proies - Don Siegel (1971)
125) Atlantique Latitude 41 - Roy Ward Baker (1958)
126) Les Dents de la mer - Steven Spielberg (1975)
127) Vivre dans la peur - Akira Kurosawa (1955)
128) Shock Corridor - Samuel Fuller (1963)
129) Jugement à Nuremberg -Stanley Kramer (1961)

130) La Vie est belle - Frank Capra (1946)
131) Ali - Michael Mann (2001)
132) Mort ou vif - Sam Raimi (1994)
133) L'Homme qui voulu être roi - John Huston (1975)
134) Que la bête meure - Claude Chabrol (1969)
135) Le Comte de Monte-Cristo - Claude Autant-Lara (1961)
136) Les Innocents - Jack Clayton
137) Kingdom of Heaven - Ridley Scott (2004)
138) Le Président - Henri Verneuil (1960)
139) La Balade Sauvage - Terrence Malick (1973)

140) Le Dernier des Mohicans - Michael Mann (1992)
141) Les Sentiers de la gloire - Stanley Kubrick (1957)
142) Cléopâtre - Joseph L. Mankiewicz (1963)
143) Bunny Lake a disparu - Otto Preminger (1965)
144) La Fiancée de Frankenstein - James Whale (1935)
145) La Rumeur - William Wyler (1962)
146) La Valse des pantins - Martin Scorsese (1982)
147) Alexandre - Oliver Stone (2004)
148) Nous avons gagné ce soir - Robert Wise (1949)
149) Une question de vie ou de mort
- Michael Powell & Emeric Pressburger (1946)

150) Pale Rider, le cavalier solitaire - Clint Eastwood (1984)
151) Le Sixième sens - Michael Mann (1986)
152) Le Temps d'aimer et le Temps de mourir 
 - Douglas Sirk (1958)
153) Docteur Folamour - Stanley Kubrick (1964)
154) Zorba le Grec - Michael Cacoyannis (1964)
155) Moonwalk One - Theo Kamecke (1970)
156) Entretien avec un vampire - Neil Jordan (1994) 
157) Au nom du pape roi - Luigi Magni (1977)
158) Garde à vue - Claude Miller (1981)
159) Le Crépuscule des Aigles - John Guillermin (1966)

160) J'accuse - Abel Gance (1918)
161) All is Lost - J.C. Chandor (2013)
162) L’Étrangleur de Boston - Richard Fleischer (1968)
163) Le Jour le plus long
- Ken Annakin, Andrew Marton & Bernard Wicki (1962)
164) Les Douze Travaux d'Astérix
- René Goscinny et Henri Gruel (1976)
165) Un long dimanche de fiançailles
- Jean-Pierre Jeunet (2004)
166) Saraband - Ingmar Bergman (2003)
167) Série Noire - Alain Corneau (1979)
168) Minority Report - Steven Spielberg (2002)
169) Paprika - Satoshi Kon (2006)

170) Legend - Ridley Scott (1985)
171) L'Enfer - Claude Chabrol (1994)
172) Reflets dans un œil d'or - John Huston (1967)
173) La Prisonnière du désert - John Ford (1956)
174) Batman : Le Défi - Tim Burton (1992)
175) La Vie d'Adèle : Chapitres 1 & 2
- Abdellatif Kechiche (2013)
176) Les 3 Royaumes - John Woo (2008)
177) Rosemary's Baby - Roman Polanski (1968)
178) Monty Python : Sacré Graal !
- Terry Gilliam et Terry Jones (1975)
179) L'Evadé d'Alcatraz - Don Siegel (1979)

180) Visitors - Godfrey Reggio (2013)
181) Un Crime dans la tête - John Frankenheimer (1962)
182) Rendez-vous - Ernst Lubitsch (1940)
183) John McCabe - Robert Altman (1971)
184) Papillon - Franklin J. Schaffner (1973)
185) Mélodie en sous-sol - Henri Verneuil (1963)
186) L'Impasse - Brian De Palma (1993)
187) Les Chiens de paille - Sam Pekinpah (1971)
188) Trois enterrements - Tommy Lee Jones (2006)
189) La Guerre des mondes - Steven Spielberg (2005)

190) Le Magnifique - Philippe de Broca (1973)
191) La Randonnée - Nicolas Roeg (1970)
192) Bienvenue Mister Chance - Hal Ashby (1079)
193) Le Septième Juré - George Lautner (1962)
194) L'Amant - Jean-Jacques Annaud (1992)
195) L'Epopée de l'Everest - J. B. L. Noel (1924)
196) Seuls sont les indomptés - David Miller (1962)
197) Happy Together - Wong Kar-Wai (1997)
198) A la poursuite d'Octobre rouge - John McTiernan (1990)
199) L'Obsédé - William Wyler (1965)

200) Paradis perdu - Abel Gance (1940)
201) Goldfinger - Guy Hamilton (1964)
202) Valdez - Edwin Sherin (1971)
203) Bastogne - William A. Wellman (1949)
204) L'Homme de l'Ouest - Anthony Mann (1958)
205) La Dernière chance - John Huston (1972)
206) Vers sa destinée - John Ford (1939)
207) Spetters - Paul Verhoeven (1980)
208) A cause d'un assassinat - Alan J. Pakula (1974)
209) Enquête sur un citoyen au dessus de tout soupçon - Elio Petri (1970)

210) Vincent, François, Paul et les autres... - Claude Sautet (1974)
211) The Lovers - Tsui Hark (1994)
212) Les Yeux sans visage - George Franju (1960)
213) Tchao Pantin - Claude Berri (1983)
214) Le Grand silence - Sergio Corbucci (1968)
215) Duel dans le Pacifique - John Boorman (1968)
216) Boyhood - Richard Linklater (2014)
217) Au seuil de la vie - Ingmar Bergman ( 1958)
218) Colonel Blimp 
- Michael Powell et Emeric Pressburger (1943)
219) L'Exorciste - William Friedkin (1973)

220) Soldier of Orange - Paul Verhoeven (1977)
221) Loin de la foule déchaînée - Thomas Vinterberg (2015)
222) Hamlet - Kenneth Branagh (1997)
223) Une Femme sous influence - John Cassavetes (1974)
224) The Thing - John Carpenter (1982)
225) Celui par qui le scandale arrive - Vincente Minelli (1961)
226) Mystic River - Clint Eastwood (2003)
227) Dieu seul le sait - John Huston (1957)
228) Qui a peur de Virginia Woolf - Mike Nichols (1966)
229) Le Solitaire - Michael Mann (1981)

230) Yakuza - Sidney Pollack (1974)
231) Le Château du dragon - Joseph L. Mankiewicz (1946)
232) Take Shelter - Jeff Nichols (2011)
233) La Conquête de l'Ouest  
 - John Ford, Henry Hathaway et George Marshall (1962)
234) Total Recall - Paul Verhoeven (1990)
235) Le Chat - Pierre Granier-Deferre (1971)
236) La Guerre du feu - Jean-Jacques Annaud (1981)
237) Mad Max : Fury Road - George Miller (2015)
238) Le Bouton de nacre - Patricio Guzmán (2015)
239) Scènes de chasses en Bavière 
 - Peter Fleischmann (1969)

240) Voyage à travers le cinéma français - Bertrand Tavernier (2016)
241) La Chevauchée des bannis - André De Toth (1959)
242) Quand les aigles attaquent - Brian G. Hutton (1969)
243) Week-end of a Champion - Frank Simon et Roman Polanski (1972)
244) Les enfants du Paradis - Marcel Carné (1945)
245) Peter Ibbetson - Henry Hathaway (1935)
246) Eyes Wide Shut - Stanley Kubrick (1999)
247) Moonrise Kingdom - Wes Anderson (2012)
248) Le Général de la Rovere - Roberto Rosselini (1960)
249) Je n'ai pas tué Lincoln - John Ford (1936)

250) Fellini Roma - Federico Fellini (1972)
251) Le Tango de Satan - Béla Tarr (1994)
252) Homeland : Irak année zéro - Abbas Fahdel (2015)

Hors-catégorie : La Classe Américaine
- Michel Hazanavicius & Dominique Mezerette (1993)

lundi 25 juillet 2016

[Avis en vrac] Vus et revus #23

Le Conformiste, de Bernardo Bertolucci (1970)

EN VIDÉO :


Lame de fond, de Ridley Scott (1996)

Revisionnage.

Dans la carrière de Ridley Scott, il y a des films boudés (Robin des Bois), mais aussi des films totalement oubliés comme Lame de fond, correspondant à sa traversée du désert préalable à la sortie, et au retour à la gloire, de Gladiator. Et pourtant c'est un bien joli film, certes simple et sans l'esbroufe habituelle, mais ancré dans les valeurs qui sont chères à son auteur. La quête spirituelle observée par les apprentis-marins déborde de vie. Comme à l'accoutumée avec Scott, c'est un film versant dans un ton hautement symbolique, autours des thèmes de la rédemption, la mise à l'épreuve par le destin et la recherche d'un monde nouveau pour se libérer de la société. Jeff Bridges est magnifié devant la caméra du réalisateur, qui saisit tout aussi bien l'espace organique d'un navire. La fameuse tempête éprouvée par L'Albatross déploie tout de même un dispositif de mise en scène encore impressionnant. C'est sans doute un film à redécouvrir, peut-être plus mineurs que d'autres, mais pourtant, tout est là, dans une simplicité des plus éloquentes, à l'image de la paisible et mélodieuse musique de Jeff Rona.


Vivre et laisser mourir, de Guy Hamilton (1973)

Revisionnage.

Et voilà, place à Roger Moore ! Vivre et laisser mourir marque l'entrée dans une période relativement lourdingue, transformant parfois l'espion britannique en parodie sortie d'un Blake Edwards. Néanmoins, il arrive à être intéressant dans la mesure où il est aussi le reflet de son temps, ici influencé par la Blaxsploitation, incluant alors James Bond dans un New York au climat plus réaliste. Ceci dit, le reste de l'aventure est beaucoup plus conventionnel malgré une adaptation signée Tom Mankiewicz. Hélas l'antagoniste campé par Yaphet Kotto n'est pas le plus convainquant que l'on ait vu, bien que l'on retienne habituellement sa légendaire mort, ringarde et grotesque à souhaits, mais dont il est difficile de bouder la certaine inventivité. On peut d'ailleurs étendre ce raisonnement à l'ensemble du film, dont on aura souvent eu tendance à retenir essentiellement le thème de Paul McCartney & The Wings, certes dynamique et prenant, mais bougrement hors-sujet. En revanche, il faut noter la très belle photographie de Ted Moore, contrastant avec une mise en scène d'un Guy Hamilton vieillissant, moins enclin à proposer du neuf.


A la Merveille, de Terrence Malick (2013)

Je regrettais d'avoir raté A la Merveille à sa sortie, bien que j'angoissais aussi à l'idée que la radicalisation de Malick finisse par me laisser sur le bas-côté. Fort heureusement, non, c'est un film que j'ai aimé, qui m'a touché. Je suis de plus en plus sensible à cette dimension qu'a Malick de reprendre ses thèmes obsessionnels en les transportant au sein de contextes différents, dont l'ensemble dresse un portrait d'Amérique unique. En se défaisant d'une structure classique, dans un chaos des plus élégants, il peut aller droit au but au travers de ses personnages et de leur évolution. Les sentiments défilent à une vitesse folle, à l'image de son montage qui s'est jusqu'alors accéléré de film en film. La vie échappe aux protagonistes, à la recherche d'une plénitude sentimentale qui ne fonctionne jamais vraiment. J'émets néanmoins une réserve sur la lourdeur d'un personnage, l'amie italienne de Marina, dont le simplet discours répété en boucle, bien que cohérent dans le fond, saborde quelque peu l'extrême fluidité qui marquait le film jusqu'à ce moment. Un détail devant ce que Terrence Malick propose dans un film qui est sûrement encore à redécouvrir, pour être sidéré, une fois de plus, par son pouvoir de création et de représentation d'univers, à l'image de cette transition entre la France et les États-Unis qui m'a laissé bouche bée.


Arsenic et vieilles dentelles, de Frank Capra (1944)

Encore une fois, on a pas le temps de respirer dans Arsenic et vieilles dentelles. Les situations impossibles s'entassent dans l'espace réduit à mesure que les excentriques protagonistes deviennent de plus en plus ingérable, avec au beau milieu ce Cary Grant dans le cabotinage le plus dynamique et incontrôlable qui soit, mais d'un délicieux qu'on ne peut dissimuler. Capra est tout de même un maître du rythme. Même lorsque le film tourne légèrement en rond, peut-être moins inventif ou osé que L'Incroyable monsieur Bébé, Capra arrive à maintenir un intérêt complet pour les multiples dénouements à venir de l'intrigue des frères Epstein. Voilà peut-être un modèle de théâtralisme qui ne prend pas le pas sur l'envergure et la réussite cinématographique, dont la savante facture garantit sans doute une modernité internissable.


Déjà Vu, de Tony Scott (2006)

Revisionnage.

On a trop souvent assimilé, à tort, Déjà Vu à un blockbuster crétin à cause de l'invraisemblance de son concept et de ses explications. Mais si l'on en fait fi, car ici, le concept sert l'intrigue et le fond, il se dessine un film de surveillance passionnant, venant compléter le génial Ennemi d’État. Le dispositif de surveillance devient ici ultime, libre d'axes et, dans une certaine mesure, libre du facteur temps : c'est l'observation à son paroxysme, ou presque. Elle n'est plus l'ennemi comme autrefois, mais un outil, tout de même inquiétant, pour lutter contre le terrorisme, lui-même généré par l'Amérique elle-même. Le fond politique du film est saisissant et bel et bien présent, jamais écrasé par le détonant et vertigineux film d'action qui le recouvre. En cela, Tony Scott aura toujours été brillant et plus surprenant qu'on ne veut le croire. Et si l'on fait encore fi de ceci, il n'en reste pas moins un diablement efficace thriller.


Man on Fire, de Tony Scott (2004)

Revisionnage.

J'estime, sans hésitations, que Man on Fire est le chef-d’œuvre définitif de son auteur. Non seulement, il se forge d'après le script inébranlable de Brian Helgeland, mais plus encore, évidemment, le film voit Tony Scott s’approprier un nouveau style, d'une modernité totale, à l'exemplaire réussite, qu'aucun ou presque n'aura su renouveler depuis. Depuis le postulat d'une sorte de série B se taille un film de mythologie et de rédemption, où le thriller burné vient une fois de plus côtoyer un élan politique plus raffiné. A plus d'une reprise, le film est vertigineux dans son écriture et forcément dans la mise en scène qui s'applique dessus, dans tout ce chaos contrôlé signifié par les excessifs et perturbants mouvements ou effets. C'est une expérience atmosphérique, parfois éprouvante, en phase avec ses personnages et leurs démons, mais toujours pensé selon une volonté de cinéma unique : être capable de faire un film d'action depuis le prisme du montage expérimental. Un film absolu à tous les niveaux, pour son réalisateur, pour son brillant compositeur Harry Gregson-Williams; et aussi, cela va sans dire, pour la muse de Tony Scott, le bon vieux Denzel Washington qui trouve ici aussi son meilleur rôle. Immense film du cinéma américain post-moderne.

A propos du documentaire Vengeance is Mine: Reinventing "Man on Fire" : c'est un peu dommage que le film de Charles de Lauzirika soit relativement incomplet. Alors qu'il revient sur la passionnante genèse du film, remake d'un film éponyme d’Élie Chouraqui et sur son éprouvant tournage, il omet complètement sa post-production, ce qui, pour un film avec un tel style, une telle ampleur de montage, paraît inconcevable. Cela dit, c'est l'occasion de découvrir à quoi correspond le style si emblématique de Tony Scott en pratique, dans une mécanique technique impressionnante qui correspond à la plus grande des exigences. Alors se distingue le grand génie derrière tout ceci : faire un film d'action modernissime dans tous ses effets, et pourtant tourné avec des caméras à manivelle.


The Hire : Beat the Devil, de Tony Scott (2002)

Matrice d'un nouveau style de Tony Scott, le colossal spot commercial The Hire : Beat the Devil est le reflet de l'énergie débordante du réalisateur. En transcendant les (non-)limites offertes par la publicité, il délivre un objet visuel étourdissant, où le film expérimental vient à l'emporter sur le film d'action. Le message publicitaire en lui-même devient caduque, manipulé par un grand auteur qui entend marquer par la création picturale en elle-même. Dix minutes de névrose se concluant dans une course-poursuite renversante à bien des niveaux. Et parce qu'un génie peut en cacher un autre, on aura noté l'ami David Fincher à l'écriture, dans l'ultime pan de sa période insolente.


Pearl Harbor, de Michael Bay (2001)

Revisionnage.

Après Il faut sauver le soldat Ryan, il fallait bien qu'Hollywood se mette aussi à jour dans ce retour à la mode du film de guerre. Le scénario de Pearl Harbor, signé Randall Wallace, qui récidivera plus tard avec Nous étions soldats, est une sorte de melting-pot héroïque combinant le film de Spielberg à une fresque grandiloquente façon Titanic. Évidemment, le résultat est à moitié indigeste, plus ou moins porté par un Michael Bay éprouvant bien peu d'intérêt, de son propre aveu, dans le films historique que lui a imposé Jerry Bruckheimer. Le résultat est évidemment un grand gloubi-boulga d'action sur fond de mélodrame exacerbé, à l'interprétation totalement à côté de la plaque et à l'écriture aux valeurs héroïques complètement désuètes. Le réel impact du film demeure l'envergure injectée par Michael Bay dans ses séquences d'action, notamment l'attaque, où le déploiement d'artifices en tous genre peut éventuellement faire son effet. Après, va-t-on pardonner un scénario si simplet pour autant, au fond politique et moral légèrement puant ? Plus simplement, pour l'attaque en elle-même, autant revoir Tora ! Tora ! Tora ! (dont Michael Bay, sans surprise, s'est beaucoup inspiré) et pour le mélo, Tant qu'il y aura des hommes.


Dans la vallée d'Elah, de Paul Haggis (2007)

Entre le métaphorique diptyque Iwo Jima sur lequel Paul Haggis aura officié en scénariste, et Dans la vallée d'Elah, il faut croire qu'il aura rondement mené un tour du trauma américain faisant suite aux destructeurs conflits en Irak et en Afghanistan. Avec un certain recul, ce film m'évoque finalement American Sniper de Clint Eastwood, des films où d'immuables et idéalistes valeurs américaines rencontrent amèrement le spectre du regret, de la mort et des doutes du lendemain. Et jusque dans la forme, d'ailleurs, puisque la sublime mais très sobre photographie de Roger Deakins vient croiser les teintes tout aussi tristes et grisaillantes de Tom Stern. Bien que l'on puisse reprocher au film un défaut de subtilité, il est d'un rentre-dedans nécessaire, et il ne pouvait sans doute en être autrement, c'est aussi sa manière d'être réussi, d'être bouleversant, à l'image du dernier plan. Sans surprise, il offre à Tommy Lee Jones un grand rôle dramatique dans un touchant duo avec Susan Sarandon, et plus encore à une Charlize Theron d'une rare finesse, à la simplicité exemplaire. Un vrai et sincère cri de détresse, en somme.


Black Rain, de Ridley Scott (1989)

Revisionnage.

Classique mais solide thriller d'action, Black Rain est avant tout un écho plus hollywoodien à Blade Runner. Renouant avec le style néo-noir, il permet à Ridley Scott de visiter l'Asie tant fantasmée dans sa précédente dystopie. C'est encore un film très graphique, à l'image constamment embrumée, crépusculaire ou nocturne, remarquablement photographiée par le talentueux Jan de Bont. A travers un scénario qui explore simplement une histoire de flics contre yakuzas, se tisse également toute l'obsession autour de la corruption, la perte culturelle ou l'emprunte américaine sur le sol japonais ; la signification du titre est sans équivoque à ce sujet-là. La patte de Ridley Scott demeure sans pareil, alors qu'il signe d'ailleurs sa première collaboration avec Hans Zimmer, qui avait à l'époque un sacré panache dans ses plutôt kitch mais épiques compositions.


Wallace & Gromit : Sacré Pétrin, de Nick Park (2008)

Très certainement déçu puisqu'il s'agit là du métrage le plus décevant des aventures d'un des plus beaux duos britanniques. Sacré Pétrin reprend l'esprit et le dynamisme du Mystère du Lapin-Garou, mais perd quelque chose en route, peut-être la maturité voire même une certaine sobriété, les effets s'accumulant. Alors certes, c'est sévère, puisque la patte est toujours là, ce côté un peu innocent, désuet, finalement touchant, ainsi des gags bien trouvés sont toujours capables de faire rire, mais peut-être est-ce plus par nostalgie qu'autre chose, en repensant aux anciens films, tous fabuleux. Une prolongation éventuellement agréable mais finalement dispensable, à l'instar d'une autre production Aardman comme Les Pirates, ce qui aurait pu témoigner d'un certain freinage au sein du studio, s'il ne nous avait pas gratifié du très drôle, plus réussi et plus mature Shaun le Mouton.


Tomboy, de Céline Sciamma (2011)

Je suis assez déçu de Tomboy. Céline Sciamma réalise un film qui n'a pas nécessairement la maturité ou la force de Bande de filles. Bien que détenant un sujet passionnant, il semble qu'elle n'en fait jamais rien, trop focalisée sur sa jeune interprète principale, remarquable il faut bien le dire. Mais ça ne fait pas tout. L'écriture a ses beaux moments de justesse mais paraît bien trop inachevée ou trop peu subtile à certains endroits, notamment dans son dernier tiers. C'est à l'image de la réalisation, parfois solaire et très épurée, d'autres fois d'un sinistre plan-plan qui ne rime pas à grand chose et donne cette vilaine impression de film de la Fémis, renforcée par la catastrophique direction d'acteur des seconds rôles (surtout des parents). Je suis donc un peu dubitatif face au film, bien intentionné, sûrement plein de qualités dans ses détails, mais qui me laisse à moitié sur le carreau, comme s'il passait partiellement à côté de son sujet ; à la fois plein de vie et plein de vide.


La Beauté du Diable, de René Clair (1950)

Quelle immense déception ! Je m'attendais à quelque chose de la trempe de La Main du Diable de Tourneur, produit un peu plus tôt, à l'époque de la Continentale. Je trouve en fin de compte que La Beauté du Diable a de sérieux problème de scénario, d'une part confus, d'autre part sans attache émotionnelle. Peut-être est-ce parce que Gérard Philipe a peu de répondant face à Michel Simon, mais principalement parce que l'exercice global du film paraît plutôt vain. C'est un petit conte moral, peu déplaisant et éventuellement élégamment tourné par René Clair, mais jamais parcouru par un trait de génie qui vient sublimer le fantastique et sa morale. Et bien que je n'aime pas l'emploi du mot, je me vois obligé de dire que ce tout finit par faire un brin vieillot, manquant de modernité ou même d'une verve classique plus efficace, que l'on a retrouvé pourtant ailleurs chez René Clair. Dommage.


Under Fire, de Roger Spottiswoode (1983)

Film épique et politique qui aurait pu être l'oeuvre de John Milius, Under Fire est un grand exemple-type de la production américaine des années 80 qui serait plus difficilement envisageable de nos jours. Abordant frontalement l'implication américaine et l'éthique journalistique dans la dictature du Nicaragua, il en extirpe un superbe film d'aventure, si l'on peut le qualifier ainsi. Avant tout, il faut noter le fabuleux casting constitué par Nick Nolte et son charisme chavirant, Gene Hackman et la présence inquiétante et magnétique de Jean-Louis Trintignant. Ils rendent le film incroyablement prenant, d'autant plus portés par la très soignée réalisation de Roger Spottiswoode, dynamique et finement pensé, lui-même autrefois monteur chez Sam Peckinpah. Ses efforts se voient conjugués à ceux de Jerry Goldsmith, qui signe peut-être une de ses plus grandes musiques, aux envolées mélodramatiques à la fois exotiques et modernes.


48 heures, de Walter Hill (1982)

Signant un buddy-movie qui ne va pas chercher loin, mais qui, à sa manière, préfigure évidemment un autre duo plus tardif du cinéma d'action hollywoodien, Walter Hill fait de 48 heures un manuel d'efficacité. Pas le temps de se poser la moindre question dans le dynamisme incroyable du film et l'alchimie entre Nick Nolte et Eddie Murphy, compensant largement le classicisme de la trame qui n'est qu'un prétexte à une action bien sentie et quelques punchlines comme on aime. Il faut absolument saluer la splendide photographie de Ric Waite, s'alignant sur le talent de Walter Hill dans sa captation des environnements urbains, comme il le fait notamment depuis The Driver. Bref, un divertissement d'une facture certaine, quand bien même il n'est pas mémorable, confirmant un talent qui semble s'être depuis relativement évanoui, hélas, du réalisateur.


Le Conformiste, de Bernardo Bertolucci (1970)

Gloire à la stylisation selon le cinéma italien ! Avec Le Conformiste, Bertolucci s'aligne sur le canon des thrillers politiques d'une riche décennie. A travers le parcours meurtrier d'un sympathisant fasciste se cherchant, il dissèque la société dans une épopée visuelle hors-norme, jonglant entre les fantastiques, grandioses mais froides lignes droites de la culture mussolinienne et la chaleur du bon-vivre bourgeois des années 30. La photographie de Vittorio Storaro propose parmi la gamme de teintes la plus belle aperçu dans le cinéma couleur, alors que Bertolucci se ré-invente à chaque mouvement de caméra, à la tortuosité parfois impressionnante. Mais le virtuose talent de ces compositeurs d'image n'est pas vain, décrivant le chaotique système de ses personnages et leur perdition en son sein. Un brillant exemple du ton très acerbe des Italiens dès qu'il est question de critique sociétale et humaine, servie par un total sens de la cinématographie. Une vraie expérience de fond et de forme(s).


Vampire, vous avez dit Vampire ?, de Tom Holland (1985)

A vrai dire, j'attendais davantage de Vampire, vous avez dit Vampire, non pas parce que c'est un film "culte", mais parce qu'il a tout les atouts pour être génial, son postulat, son ton décalé qui ne refuse pas pour autant un traitement de film de genre, et une décennie qui se prête à ce genre d'excentricité. Malheureusement, c'est un film qui ne décolle jamais vraiment, prisonnier du capital-sympathique qu'il offre au départ mais peu capable de le transcender. Tourné efficacement mais sans grand génie, il peine peut-être à rivaliser la tête haute face aux autres œuvres fantastiques des années 80. Le relatif second degré fait mouche et donne au film de la personnalité, sans toutefois aller au bout des choses, tout étant bien trop convenu, jusqu'à la dimension érotique en elle-même. Peut-être était-ce un tort d'attendre quelque chose se rapprochant du grandiose Loup-garou de Londres de John Landis... !


Revenge, de Tony Scott (1990)

Revisionnage - Director's Cut.

On se sera peu souvenu du très bon Revenge dans la filmographie de Tony Scott, encastré entre ses succès populaires des années 80 et 90, et plus tard oublié au profit du dernier pan de sa carrière, plus marquant visuellement. Pourtant, malgré des problèmes de production (qui ont donc conduit au remontage en director's cut), il y a un film remarquablement bien écrit dans sa perception d'une affaire de vengeance personnelle. Les archétypes du genre sont détournés au profit d'un récit plus original, où le discutable héros est significativement responsable du problème. Le film assume jusqu'au bout son audace, dans un final qui n'aura été que très peu ré-itéré depuis dans le cinéma hollywoodien, et c'est peut-être aussi pour cela que le film a trouvé son échec commercial. Tony Scott perçoit son récit comme un néo-western crépusculaire, parfois capable d'être anti-spectaculaire comme certains l'étaient dans les années 70. Le duo d'antagonistes formé par Kevin Costner et Antony Quinn est percutant de charisme. En résumé, une oeuvre injustement oubliée de plus.


Jamais de la vie, de Pierre Jolivet (2015)

Sorti dans l'indifférence générale, Jamais de la vie est pourtant une très belle réponse au moribondisme qui gagne à la fois le cinéma français de genre comme celui social (pensée pour La Loi du marché). Filmant à mi-chemin entre les Dardenne et Michael Mann, Jolivet décrit avec justesse la perversité de l'ennui et l'isolement humain. Évidemment, il peut compter sur le fabuleux Olivier Gourmet pour complètement habiter son film, au beau personnage si simple, dans lequel on s'est tous projeté, volontairement ou non, quelque soit la condition sociale. Dans ce triste mais vrai portrait de vie moderne, l'élément perturbateur est quasiment source d'un salut et la tension que fait grandir Jolivet écrase l'ennui. La fluidité avec laquelle le réalisateur capte son histoire est presque exemplaire, sans exagération pour en rajouter, si ce n'est quelques maladresses dans l'utilisation de la musique. Un ombre bien légère qui n'obscurcit pas la très jolie réussite du film, qu'il est bon de mettre en avant et d'inciter à la découverte.


Sierra Torride, de Don Siegel (1970)

Revisionnage.

Deuxième collaboration entre Don Siegel et Clint Eastwood, et pourtant on croirait ce dernier comme un poisson dans l'eau depuis bien des années avec son réalisateur fétiche. Sierra Torride est une géniale forme de réponse du réalisateur à la nouvelle vague de westerns, autant ceux du Nouvel Hollywood que ceux du club Sergio Leone. Au ton comique assumé, qui n'aura décidément jamais totalement quitté le réalisateur, Siegel réalise surtout un western sacrément bien ficelé, rentre-dedans et généreux. L'acte final du film, la fusillade dans le fort, se permet de revisiter La Horde sauvage de Sam Peckinpah, sorti un an plus tôt, détonante (c'est le mot) façon pour Siegel de clamer aux petits nouveaux que lui aussi est encore dans le coup. Quant au reste, c'est une affaire de personnalités génial : Shirley MacLaine et son attachante vulgarité, Clint Eastwood et sa ténébreuse attitude dont on ne se remettra jamais, et la musique d'Ennio Morricone, clou du spectacle d'un fabuleux spectacle de Don Siegel, trop souvent en retrait par rapport à ses films suivants.



L'Homme au pistolet d'or, de Guy Hamilton (1974)

Revisionnage.

Débuts de plus en plus difficile pour la période Roger Moore. Si j'avais déjà vu Vivre et laisser mourir à la baisse lors de mon revisionnage, il faut que je le fasse encore davantage significativement pour L'Homme au pistolet d'or. L'intrigue, bien que très faible, a pourtant de quoi proposer à James Bond une sympathique aventure face à la némésis parfaite que représente Christopher Lee. Hélas, son personnage peu charismatique (un comble !) gâche bien des enjeux, et le duel avec 007 devient sans âme. Fort heureusement, on retrouve notre ami le shérif raciste, embarqué dans une cascade impressionnante, il faut bien l'avouer (bien dommage qu'un bruitage grotesque vienne s'y adjoindre). Le plus amusant reste finalement le décor du paquebot Elizabeth renversé dans la baie de Hong Kong, faisant la joie du chef décorateur, et finalement lieu le plus dépaysant et original du film le plus faible, jusqu'alors, de la franchise.


Domino, de Tony Scott (2005)

Revisionnage.

Pour Tony Scott, Domino était probablement une manière d'aller au bout du chemin emprunté quelques années plus tôt lors de sa radicalisation stylistique. Car ici, pour être radical, Tony l'est complètement. En bien comme en mal, c'est un film étourdissant, où le concept de mise en scène de son auteur (sur-découpage, nombreux mouvements et montage expérimental) est poussé au maximum. L'exagération formelle est notamment permise par la solide base qu'offre le scénario de série B (sans que ce soit péjoratif) de Richard Kelly, même s'il est nécessaire de déplorer au sein de cette écriture bien vue un récit encadrant très alourdissant. Mais le film n'en reste pas moins un juste milieu entre l'exercice de style absolu et un film personnel pour Tony Scott qui reste fidèle à ses valeurs, disséquant une fois de plus les déviances morales de l'Amérique contemporaine. Mais il aime aussi ses beaux personnages déviants et leur offre alors ce film, en forme de singularité plus jamais aperçue depuis dans le cinéma hollywoodien.


Sergent York, de Howard Hawks (1941)

Un bel exemple du cinéma de propagande dans ce qu'il a de plus noble et de plus achevé cinématographiquement. Ceci dit, c'est aussi un exemple terrifiant de la sordide répétition de l'histoire : l'engagement américain dans la Première Guerre Mondiale permet d'être un exemple pour celui de la Seconde. Rien ne change jamais, et surtout pas la guerre. Derrière la valeur défendue par le film, il y a aussi une solide dramaturgie. Ici, ça n'est justement pas qu'un film-prétexte : des personnages sont installés, des enjeux personnels creusés et rien n'est jamais expédié. On retrouve alors ce bout d'Americana que vient capter la caméra de Hawks, à la lisière du western, plongée dans une modernité qui lui fait justement perdre cet innocent qualificatif. On joue évidemment sur l'idéal que représente Gary Cooper, ici malmené dans une première partie avec ce personnage de pitoyable alcoolique, renouant plus tard avec la sagesse, du moins avec les valeurs plus traditionnelles défendue par l'Amérique protestante. Mais la finalité de cette évolution est plus intéressante : Hawks ne célèbre pas nécessairement le héros de guerre ou la machine à tuer incarnée par Gary Cooper. Ça n'est alors que l'histoire d'un simple américain appelé à faire son devoir, mais finalement résolu à rentrer chez lui, renouer avec l'idéal paradisiaque du "chez-soi". L'ombre de Chris Kyle n'est après tout jamais bien loin.

Fiche Cinelounge


L'Espion qui m'aimait, de Lewis Gilbert (1977)

Revisionnage.

Devant L'Espion qui m'aimait, il faut croire qu'Albert R. Broccoli et Harry Saltzman se sont enfin dit qu'il fallait absolument rectifier la trajectoire des aventures de l'espion britannique. Car non seulement le film est le meilleur de la période Roger Moore, mais plus encore, c'est un des James Bond les plus géniaux ! L'humour lourdingue devient plus nuancé, utilisé avec parcimonie, et la part belle est désormais faite au scénario, tout en prenant soin de complètement moderniser l'ensemble de la franchise. Exit John Barry (mais comme Bond, il reviendra !), place au percutant et électronique Marvin Hamlish, qui fait résonner dans "Bond '77" une des musiques les plus prenantes possible. Bien que l'écriture ne laisse pas de répit, les enjeux sont davantage installés et évidemment il faut saluer la présence du fabuleux Cürd Jurgens qui permet de magnifier et réellement façonner l'antagoniste, le premier réussi depuis trois films. Enfin, il faut reconnaître que le film est un délice visuel, précisément photographié par Claude Renoir (avec, paraît-il, une collaboration un peu secrète de Kubrick), et créant dans la séquences des pyramides un grand moment qui convoque presque Hitchcock. Bref, une immense réussite que je ne me lasse jamais de revoir. Sans parler de la chanson à la fois douce et puissante Carly Simons...


Scott Pilgrim, d'Edgar Wright (2010)

Je pense que tous les réalisateurs très visuels ont des films de la sorte de Scott Pilgrim, des métrages totalement en roue libre. Ce qui n'est pas toujours une critique, d'ailleurs, surtout dans le cas d'Edgar Wright qui en profite pour imposer un déluge d'idées. Car son film, c'est à peu près ceci, trois idées par plan qui viennent constamment s'entrechoquer, quelque part entre le virtuose et la limite du trop. Cela contraste peut-être un peu trop avec la simplicité de la trame, certes assumée comme tel, mais somme toute trop répétitive alors que les enjeux deviennent un peu rébarbatif. Néanmoins, le rythme survitaminé de Wright propulse son film du début à la fin, prenant peut-être un peu trop la forme d'un géant exercice de style, mais à la singularité colorée qu'il est difficile de platement ignorer. Et ça n'est pas tous les jours que je suis client de culture geek au cinéma.


La Bible, de John Huston (1966)

En voilà tout un programme ! L'étape au-dessus du péplum biblique est donc l'adaptation biblique en elle-même, mais pas celle des récits antiques, celle du commencement. D'une certaine manière c'est un peu difficile de situer La Bible selon John Huston, trop pompeux et lent pour être une fresque d'aventure, finalement juste une adaptation relativement simple des premiers chapitres. C'est en fait le prétexte à un film au vaste visuel, embrassant autant les immenses paysages vierges de la Genèse que les imposants constructions plus tardives des hommes. Sans que l'on cerne nécessairement l'intérêt du film, les premiers segments arrivent à être passionnants comme regard sur comment Hollywood s'approprie et perçoit le mythe biblique. Il faut même avouer que tout l'acte autour du déluge et de Noé (interprété par John Huston, d'ailleurs) est extrêmement réussi, pour le coup autant en terme d'enjeux dramatiques que sur le plan graphique, très pictural. Le troisième grand acte autour d'Abraham est plus laborieux et révèle les limites du projet : moins visuel, l'intérêt s'évapore rapidement et le sens de la dramaturgie est très absent, plaquant platement à l'écran les divers épisodes de la famille du patriarche, malgré les enjeux normalement énorme sur le plan moral que ceci devrait illustrer. En fin de compte, c'est une curiosité à découvrir pour quiconque se demande le résultat d'une combinaison de la Genèse de l'Ancien Testament, un gros casting, un gros budget et le grandiloquent ton d'une coproduction italo-américaine.


Évasion, de Mikael Håfström (2013)

Avec son pitch à dormir debout mettant en scène un "testeur de prisons", Évasion aurait pu ceci dit tout à fait être une série B des plus sympathiques et efficace, réunissant son vieillissant duo de gros bras. Hélas, c'est surtout une production un peu bête qui n'a pas grand chose à proposer et peine à mettre en scène un film carcéral correct. Les situations sont tellement surréalistes qu'il est difficile de prendre au sérieux le film, lui-même trop dénué de second degré pour être interprété autrement. D'ailleurs on se rend bien compte que si l'on ôte quelques artifices invraisemblables, le scénario est complètement dysfonctionnel et mal construit. Et si dans la série B, la simplicité est le maître-mot comme clef vers l'efficacité, ici rien n'est appliqué et par conséquent, rien ne fonctionne ou presque. C'est à peine divertissant, ceci dit le gentil faiseur qu'est Mikael Håfström fait en sorte que ce ne soit pas trop ennuyant.


Stargate, la porte des étoiles, de Roland Emmerich (1994)

Revisionnage.

Si aujourd’hui Roland Emmerich passe pour un de mes plaisirs coupables de chevet (en plus du réellement - et surpassement - intéressant Anonymous), il s'imposait autrefois avec Stargate comme un metteur en scène capable d'être le pilier d'une nouvelle vague de science-fiction. Du concept génial tiré avec Dean Devlin, il parvient à extraire un fabuleux film d'aventures spatiales, convoquant aussi bien Spielberg que David Lean. Le mélange entre science-fiction et mythologie Antique recèle des merveilles, et ouvre les portes vers un univers réellement novateur. Il est impératif de noter l'incroyable travail de production design que l'on doit notamment à Patrick Tatopoulos, participant grandement à la réussite formelle et cette impression de nouveauté dans le paysage difficilement mutable, car très codifié, du genre. Davild Arnold apporte quant à lui la mémorable partition indispensable (ou presque) à toute grande œuvre du genre, permettant à Emmerich de signer un blockbuster exemplaire qu'il n'aura hélas jamais renouvelé par la suite. Néanmoins, je demeure curieux à propos du reboot.


Moonraker, de Lewis Gilbert (1979)

Revisionnage.

Au cas-où vous ne l'auriez pas remarqué... Star Wars est passé par-là. C'est tellement bête à dire et pourtant Eon Productions tartine Moonwalker de ce nouvel esprit de science-fiction, qui bien entendu contribue à rendre le film imbuvable en plus de l'avoir fait rentrer au panthéon des scènes cosmiques les plus absurdes. C'est peut-être dommage car une partie du film est plutôt réussie, comme en témoigne cette sauvage (mais trop courte) traque canine en pleine forêt. Lewis Gilbert n'est vraiment pas un mauvais metteur en scène, mais il se retrouve avec un scénario dont il est résolument difficile de se dépêtrer. Michael Lonsdale, qui aurait pu être un antagoniste à la froideur ultra-charismatique, trame un plan si grotesque qu'il contribue à ne plus prendre au sérieux le film. Ceci dit, l'ensemble demeure moins pénible et orienté nanar, malgré le final, que dans mes souvenirs. Le navet n'est cependant jamais bien loin, d'où l'importance de la nuance.


Le Hobbit : La Bataille des cinq armées, de Peter Jackson (2013)

Revisionnage, version longue.

La version longue de La Désolation de Smaug avait contribué, bien que légèrement, à me faire ré-évaluer positivement un film imparfait, trahissant les éventuelles faiblesses de cette nouvelle saga, pourtant absentes du premier volet. La Bataille des cinq armées avait été pénible à suivre au cinéma, puisque sans qu'il s'agisse d'un film résolument mauvais, la déception de voir ce Peter Jackson en roue libre était terrible (et les coulisses de la production sont édifiantes à ce sujet). Dans ce cas-ci, le nouveau montage ne change pas que cela la donne. Ce qui faisait défaut à la sortie cinéma, à savoir toute la dimension humaine (ou semi-humaine, c'est selon !) et morale de l'aventure, sacrifiée au profit d'un divertissement d'action, ne ré-intègre pas pour autant sa place malgré quelques séquences toujours appréciables. Alors que la bataille est rallongée, le film ne raconte rien de plus et fait toujours office de conclusion bâclée pour ce qui aurait dû être une belle trilogie d'auteur. La grande réussite demeure toujours cette introduction autour de l'attaque de Smaug, qui, paradoxalement, aurait certainement dû être plutôt la conclusion du précédent volet. Un échec qui n'est pas intégral, mais encore et toujours frustrant.


Rien que pour vos yeux, de John Glen (1981)

Revisionnage.

Nouveau cap franchi avec les années 80, mais toujours une incapacité à réellement faire évoluer les épisodes de James Bond. Rien que pour vos yeux est une fois de plus très mineur. L'intrigue mêle mollement des éléments désormais très (trop) classiques, ici un système d'attaque dérobé par un quelconque vilain sans grand intérêt. L'essentiel du film, c'est peut-être le charme de Carole Bouquet et sa longue chevelure, bien que le personnage en lui-même soit sans intérêt. Personne ne porte le film, ni Roger Moore se désintéressant de l'entreprise, ni Julian Glover. Les îles grecques constituent éventuellement un paradis des plus agréables au sein de la saga, mais c'est bien peu pour donner au film un réel intérêt, outre qu'il soit estampillé 007. A noter la musique de Bill Conti, remarquablement pénible.


Six destins, de Julien Duvivier (1942)

Les films à historiettes sont souvent des productions hétérogènes d'un segment à l'autre, mais résolument charmantes par le casting qu'elles attirent éventuellement autour de leur concept. C'est le cas de Six destins, permettant à Duvivier de convoquer une très belle brochette autour de la transmission d'un habit. Le prétexte est un peu vague et comme prévu, tous les actes ne se valent pas, mais il permet d'offrir quelques scènes de grâce complètement inattendues, comme une déclaration d'amour d'Henry Fonda envers Ginger Rogers, totalement à tomber à la renverse. Ailleurs, c'est le toujours fabuleux Edward G. Robinson qui vole la vedette dans une touchante saynète sociale. Peut-être pas majeur dans la filmographie de Duvivier, mais un détour hollywoodien des plus agréables, une ode à de beaux acteurs et actrices derrières de jolies histoires.


Les Tribulations d'un chinois en Chine, de Philippe de Broca (1965)

Tac tac badaboum, c'est reparti dans tous les sens. Belmondo par-ci, Belmondo par-là, Les Tribulations d'un chinois en Chine a tout de l'archétype de la comédie d'aventure, celle qui fait voyager. Et vraiment voyager, d'ailleurs, puisque c'est là qu'on se rend compte, toujours un peu plus, du savant talent de mise en scène de De Broca, et sa grande capacité à sublimer les paysages exotiques que, vraisemblablement, il affectionne tant. Le duo Belmondo / Rochefort est forcément des plus délicieux, inévitablement grâce au le génie comique calme et décontracté de la plus belle moustache de France. L'ennui est banni de cette odyssée improbable, au rythme constant et aux trouvailles toujours plus délirantes. Un cinéma sans limites qui fait drôlement plaisir.


Le Cerveau, de Gérard Oury (1969)

Revisionnage.

Alors certes, justement, ça n'est pas aussi brillant ou constant que les films de Philippe de Broca. Mais après tout, Gérard Oury n'est pas non plus le dernier des manches, et s'il a souvent fauté, il demeure malgré tout un réalisateur de comédie honnête et plutôt solide. Le Cerveau, c'est surtout un scénario assez fin et prenant qui permet d'impliquer un certain nombre de personnages hauts en couleurs : c'est là toute la richesse du film, sur laquelle le casting fait bien entendu écho. C'est un brin n'importe quoi du début à la fin, à l'image du - littéralement - tordant générique, mais c'est aussi la preuve de l'inventivité de l'époque. Un n'importe quoi attachant, parce qu'après tout personne de sensé ne se priverait d'un quatuor Bourvil - Bebel - Niven - Wallach. D'autant plus aujourd'hui, quand ces gens-là nous manquent.


Esther et le Roi, de Raoul Walsh (1960)

Un péplum complètement raté et un Raoul Walsh catastrophique ! Esther et le Roi est un bon exemple de tout ce qui est susceptible d'échouer coproduction italo-américaine (face à d'autre, beaucoup plus réussies, comme Le Cid de Mann). L'écriture, pompeuse et vaine, s'étale sur une histoire relativement faible en elle-même, aux personnages unilatéraux et sans grand intérêt. L'interprétation est incroyablement mauvaise, entre les acteurs italiens post-synchronisés qui surjouent, et les acteurs américains de seconde zone. Presque rien à sauver, en fait, si ce n'est les quelques fulgurances visuelles colorées au sein de la photographie d'un certain Mario Bava, au milieu d'un film formellement assez pauvre et bon marché dans sa reconstitution. La mise en scène est paresseuse, mais on sent bien volontiers Walsh (alors vieillissant) peu intéressé par son sujet, et pas complètement à l'aise, comme d'autres de sa génération, avec le cinémascope. A découvrir si l'on est curieux à propos des erreurs de parcours des grands réalisateurs.


Légitime Violence, de John Flynn (1977)

Dès le départ, Légitime Violence est un film qui dégage une ambiance relative de malaise. Le retour au pays de ce vétéran, ex-prisonnier de guerre des vietcongs, donne encore l'opportunité d'un portrait au vitriol de la société américaine. Il y a d'autant plus quelque chose d'inquiétant dans le faciès bien buriné de William Devane, patriote fier recélant un psychopathe au bord du gouffre. L'intrigue devient finalement très simple, puisqu'histoire de vengeance, comme Echec à l'organisation, aussi de John Flynn, mais ici en encore bien plus réussi. Le fond de cette histoire malaisante domine tout le métrage, jusqu'au dernier photogramme. La relation entre Devane et le personnage de Tommy Lee Jones est presque étouffante, en fin de compte. C'est sans doute là où le film est réellement brillant, car il est capable d'en dire le moins possible, d'en montrer le moins possible, et être quand même un grand film d'Amérique, un vrai film de trauma, un vrai drame social, un vrai film de genre.

Dangereusement vôtre, de John Glen (1985)

Revisionnage.

Ouf ! Enfin le dernier virage pour Roger Moore. Par chance, Dangereusement vôtre n'est pas le plus mauvais de ses opus et est une clôture fatiguée, mais honnête. C'est un vrai 007 classique à tous les niveaux, finalement plus proche de la construction de ceux de l'ère de Sean Connery. L'intrigue ne va pas chercher forcément loin, mais permet à James un passage en France qui n'est forcément pas de refus, et un antagoniste classieux, même si l'on a connu Christopher Walken plus inspiré. La vraie star, en fin de compte, c'est vraiment Grace Jones, au personnage résolument magnifique à tous les niveaux. Sans surprise, le gros point fort demeure la musique : non seulement l'introduction punchy de Duran Duran, mais aussi les compositions de John Barry, dont le thème romantique est un des morceaux les plus brillants de sa carrière.


Tuer n'est pas jouer, de John Glen (1987)

Revisionnage.

Je mentionne souvent les films dit "programmatiques", mais ici, avec Tuer n'est pas jouer, il est question d'un parfait exemple au sein de la saga 007. Évidemment, le diptyque avec Timothy Dalton préfigure largement tout ce qui fera le succès plus tardif de l'ère Craig, à savoir non seulement un héros plus perturbé et perturbant, mais aussi une stylistique de film d'action qui éloigne le grotesque au profit d'éléments dramatiques plus importants. Elle est finalement là, la réelle évolution : enfin, les personnages secondaires, outre l'antagoniste principal, prennent de l'épaisseur. Quelques sursauts parfois peu subtiles trahissent éventuellement les racines du personnage, mais qu'importe, c'est tout de même étonnant de se dire que c'est le même John Glen qui est aux manettes de celui-ci. Un miracle n'arrive donc jamais seul, puisqu'en sus, John Barry parvient encore à refaçonner le mythe musical bondien, preuve d'un génie qui a toujours été constant au sein d'une franchise certainement plus hétérogène. Le temps est donc venu d'estimer à sa juste valeur l'apport non-négligeable et avant-gardiste de Timothy Dalton à ce bon vieux James.


Les Mondes de Ralph, de Rich Moore (2012)

L'intention de ce film m'échappe totalement : un délire nostalgique autour du jeu vidéo des années 80, perçu depuis le prisme de la jeunesse des années 2010, se transformant ultimement en grotesque adaptation d'un univers façon Candy Crush. On dirait que Les Mondes de Ralph a été conçu et écrit par des gens complètement étrangers à l'univers qu'ils abordent, limités au clichés transgénérationnels des jeux vidéo (les personnages cultes de diverses franchises). En réalité, ce pourrait ne pas être un problème si le récit emmenait quelque part, mais hélas c'est un film qui tourne à vide puisqu'il a trop choisi de se reposer sur un concept, ce même concept qui s'évapore après l'introduction, jusqu'à même parfois nous faire oublier que nous sommes dans un monde vidéoludique. Les personnages sont hélas peu intéressants puisqu'ils représentent seulement les archétypes nécessaire pour faire rouler la mécanique d'un scénario trop balisé, typique du manque d'audace du studio dans ses productions d'animation. Les péripéties sont invraisemblablement inintéressantes (la course de voitures, comme point d'orgue de l'aventure, est d'une pauvreté de mise en scène notable) et l'humour fait rarement mouche. Derrière ses allures de correct divertissement se cache un film totalement consternant !